Accident de Villeneuve-la-Garenne : ce que disent les premiers éléments de l’enquête

Deux semaines après la collision entre un deux-roues et une voiture de police, les premiers éléments de l’enquête que nous avons pu consulter semblent affaiblir la thèse d’une bavure.

Au service chirurgie vasculaire de l’hôpital Bichat (Paris), deux enquêteurs soumettent un jeune homme alité au feu roulant de leurs questions. Il est 15h45 ce 24 avril et les policiers ont enfin le feu vert des médecins pour interroger Mouldi C., 30 ans, sur sa collision à moto avec une voiture de police survenue six jours plus tôt à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Accident qui lui a laissé une grave blessure à la jambe et trois mois d’ITT. « Quels sont vos rapports avec la police en général? » lui lance un enquêteur, offensif dans son audition. Réponse : « Je n’ai pas de problème avec eux, chacun fait son travail. »

Deux semaines après l’accident controversé, qui a généré des violences urbaines en région parisienne et au-delà, les circonstances commencent à s’éclaircir. Deux enquêtes sont ouvertes : l’une confiée à la sûreté départementale des Hauts-de-Seine et visant Mouldi C. pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « rodéo motorisé », l’autre à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) afin de déterminer s’il y a eu faute des policiers de la BAC impliqués dans la collision.

Lire la suite depuis Le Parisien